Handicap Invisible

Conférence de l’ICM “Metacognition, Consciousness and Culture”

Lundi 13 octobre à 11h, à l'auditorium de l'Institut du cerveau et de la Moelle Epinière, Paris 13è, Chris FRITH du Wellcome Trust Centre for Neuroimaging at UCL, LONDON donnera une conférence sur le thème "Metacognition, Consciousness and Culture" : Accédez au programme des conférences de l'ICM Le colloque du 12 et 13 mars 2015 d'Handicap Invisible à Vierzon propose…
lire la suite

Retour de la psychochirurgie : les troubles du comportement du traumatisé crânien en seront-ils demain une indication?

L'article passionnant de Marc Lévêque situe les enjeux éthiques de la stimulation cérébrale profonde et de la neurochirurgie "lésionnelle" ou psychochirurgie.

Initialement prévue comme thérapie de la Maladie de Parkinson, la stimulation cérébrale profonde a rapidement été proposée pour le traitements de troubles psycho-comportementaux en particulier les TOC.

L'auteur propose d'interroger l'élargissement de la SCP à des indications psychiatriques et la résurgence -même si ces pratiques ne sont pas arrivées en France- de gestes lésionnels pratiqués sur des sujets considérés comme agressifs.

Avec les progrès des neurosciences, les lésions proposées concernent des zones très réduites : cela n'est pourtant pas sans évoquer les lobotomies pratiquées jusque dans les années 50...                    Lire l'article de Marc Lévêque dans le Monde

La fin du syndrome post-commotionnel? PTSD et TC léger, l’étude d’Emmanuel Lagarde

La fin du syndrome post-commotionnel?Communiqué de l'INSERM du 16 juillet 2014 :

Après un accident, quels sont les risques de syndrome de stress post-traumatique?

Plusieurs mois après un accident, de nombreux patients souffrent encore de symptômes (maux de tête, douleurs) qui peuvent constituer un véritable handicap. L’équipe d'Emmanuel Lagarde, directeur de recherche Inserm au centre de recherche "épidémiologie et biostatistique" (Inserm/université de Bordeaux) a étudié le devenir de 1300 personnes admises aux urgences entre 2007 et 2009 pour un traumatisme. Les chercheurs montrent qu'il est possible de détecter les personnes qui développeront un syndrome de stress post-traumatique, survenant généralement lorsque la vie de l'individu a été mise en danger. Cela permettra d'adapter leur prise en charge.

Leurs travaux révèlent également que le syndrome post-commotionnel, défini à tort comme la conséquence des traumatismes crâniens, ne serait qu'une partie de ce syndrome de stress post-traumatique.

Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue JAMA Psychiatry.

Chaque année, un Français sur dix se rend aux urgences avec un traumatisme

à la suite d'un accident. L’immense majorité des victimes n’ont que des blessures légères et quittent l’hôpital rapidement. Cependant, une partie d’entre

elles souffre bien après que les blessures directes sont guéries : maux de tête, peurs incontrôlables ou encore douleurs diverses, troubles de la vision, de l’équilibre ou irritabilité.

Lorsque des symptômes surviennent conjointement dans un même contexte, ils constituent ce que l’on appelle un syndrome.

À la suite d’un traumatisme, deux syndromes sont décrits :

le syndrome post-commotionnel (SPC), qui survient après un traumatisme crânien léger, et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), rencontré chez les personnes exposées à une situation stressante au cours de laquelle leur vie, ou celle d’une autre personne, est mise en danger.

Le syndrome de stress post-traumatique a d’abord été décrit chez les militaires qui, après une exposition aux combats ou à une explosion, se plaignent de cauchemars, ou de pensées obsédantes, dont ils ne parviennent pas à se défaire. Les deux syndromes sont décrits depuis plusieurs années dans les éditions successives du « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux » (DSM) de l’association américaine de psychiatrie, qui fait

aujourd’hui référence dans le domaine du diagnostic en santé mentale.

Dans cette étude, 1 300 personnes admises aux urgences du centre hospitalier de Bordeaux entre 2007 et 2009 ont été contactées 3 mois après leur accident. Plus de 500 souffraient d’un traumatisme crânien léger lors de leur admission à l'hôpital, les autres de blessures diverses, toutes avec une gravité légère ou modérée. Les chercheurs ont mesuré la survenue de 36 symptômes qui entrent dans les définitions du SPC ou du SSPT.

"Le syndrome post-commotionnel (SPC) ne mérite pas son nom puisque, d’une part, les symptômes qui le composent ne sont pas spécifiques au traumatisme crânien et que, d’autre part, ils ne surviennent pas de manière concomitante. Il semble que le SPC ne soit en réalité qu’une partie du syndrome de stress post-traumatique." explique Emmanuel Lagarde, directeur de recherche à l'Inserm.

Le syndrome de stress post-traumatique en population générale

Les résultats obtenus permettent également de mieux comprendre le syndrome de stress post-traumatique, encore mal décrits dans le domaine non militaire. En population générale, ce syndrome survient chez 2 % des personnes blessées, mais ce chiffre passe à 9 % lorsque le traumatisme est crânien. Par ailleurs,

il est plus fréquent chez les femmes et chez les personnes ayant eu un accident de la route ou subi une agression.

L’apparition du SSPT est aussi influencée par l’état de santé physique et mental de la victime avant l’accident. Toutes ces informations peuvent permettre au médecin de déterminer si une prise en charge précoce doit être mise en œuvre.

Cette étude bouleverse la classification des plaintes post-traumatiques car elle remet également en question l'existence même du syndrome post-commotionnel. Celui-ci ne serait qu'une partie du syndrome de stress post-traumatique. Mais ces résultats ne remettent pas en question la réalité de la souffrance d’un nombre important de personnes touchées par ces

syndromes, pour lesquelles les symptômes persistent et ont un impact conséquent sur leur qualité de vie.

"C’est pourquoi il importe de mieux décrire ces syndromes et leur origine
d'autant que leur identification a aussi des conséquences importantes en matière d’assurance, de compensation, mais aussi de politiques de prise en charge et de réinsertion des patients" , souligne Emmanuel Lagarde,

le principal auteur de ces travaux.