Les secrets de l’hippocampe ou la mémoire du lieu

L'émission de René Frydman "Revolutions médicales" du 14 octobre éclaire les découvertes récompensées par le Nobel.

Ecouter l'émission

"Le Prix Nobel de physiologie et de médecine récompense deux générations de chercheurs l’américain John O’Keefe ainsi que les Norvégiens May-Britt et Edvard Mosel qui ont identifié les cellules de lieu et les cellules de grille. Ces deux types de cellules situées dans l’hippocampe et le cortex entorhinal fonctionnent en réseau avec d’autres cellules de l’orientation. La recherche fondamentale est donc à l’honneur dans ce nouveau prix Nobel. Nous recevons pour en parler Laure Rondi-Reig, directrice de recherche au CNRS, université Pierre et Marie Curie (UPMC/CNRS/Inserm : UMR Neurosciences Paris Seine au sein de l'IBPS), directrice de l’équipe cervelet, navigation et mémoire et Sydney Wiener qui est directeur de recherche CNRS et chef d'équipe au Collège de France au Centre Interdisciplinaire pour la Recherche en Biologie, particulièrement impliqué sur la mémoire spatiale. Etre capable de dresser une carte cognitive des lieux visités et donc d’adapter nos trajectoires si les lieux sont modifiés tel est le sujet de recherche de ces équipes pleine de dynamisme. Les neurones peuvent coder des lieux dans l’espace selon une grille géométrique hexagonale extrêmement rigoureuse. Qu’en est-il alors de la désorientation spatiale lors de maladies neuro-dégénératives telle que la maladie d’Alzheimer ? Ces travaux ouvrent la porte à de futures approches cognitives."

Les commentaires sont fermés.