Même pas peur. Pas peur du secret de «l’âme». De «l’énigme de l’esprit». De la«transcendance» nécessairement attachée à la conscience dont «l’essence» serait à jamais insaisissable. Assis bien droit dans son bureau si neuf qu’il en est absolument vide de professeur au Collège de France - institution savante aux cours ouverts à tous, créée par François 1er -, Stanislas Dehaene n’a peur de rien. Et surtout pas d’affirmer que cette fameuse conscience n’est pas ce «mystère philosophique»devant lequel les scientifiques, surtout ceux qui se penchent sur la matière du cerveau, sont ...

Lien vers l'article de Libération